Théâtre lyrique et musical

Sol de Sombra

De W. Grosjean
, 2016
En partenariat avec le Théatre Edwige Feuillère
Présentation

En 2000, l’Ensemble Justiniana avait amorcé une première création, Marimbas de l’Exil et le premier échange de compositeurs entre les deux pays en 2012.

Avec Sol de Sombra, nous continuons à proposer à des compositeurs mexicains et français d’écrire des œuvres à la croisée des deux cultures et pour ce projet, plus particulièrement une oeuvre pour voix et harmonie.Mais aussi les inciter à poursuivre, à maintenir des relations fortes et culturelles entre les habitants de ces deux pays, les faire participer, les rendre acteurs de cette histoire.

En novembre 2015, c’est le compositeur William Grosjean accompagné de Mathieu Anguenot, directeur de l’école de musique de Vesoul, qui sont partis en résidence à San Rafael. La création Sol de Sombra a vu le jour et a été jouée en 2016 au Théâtre Edwige Feuillère dans concert en harmonie aux couleurs du Mexique par les 3 harmonies de la Haute-Saône : Héricourt, Port-sur-Saône et Vesoul.

Toute culture naît du mélange, de la rencontre, des chocs. A l'inverse, c'est de l'isolement que meurent les civilisations.
Octavio Paz
 
Travail artistique

Une semaine mexicaine, impressions livrées pêle-mêle.

(Mexico… San Rafael… Jicaltepec… Veracruz… Mexico…)

Bien sûr et tout d’abord, il y a le Soleil (la majuscule s’impose), la flambée des couleurs, la grande diversité des végétaux, des fruits, des minéraux (pierres rouges volcaniques aux façades des maisons de Mexico, morceaux d’obsidienne sur les chemins…).

Et puis les odeurs (nourriture épicée, culture de la vanille, de la banane, du citron vert…)

La chaleur est inhabituelle pour la saison, souvent lourde, humide.

Diversité et contrastes sont les premiers mots qui viennent à l’esprit et cela est également – tristement – valable en ce qui concerne les différences des conditions de vie pour la population.

Puis il y a l’étonnement, la surprise et l’émotion devant ces maisons « presque » comtoises, la présence parfois anecdotique, parfois bien affichée de l’héritage français (colons venus de Champlitte, pour la plupart).

Enfin, partout, bien présents dans les souvenirs, les bruits, les sons, (bourdon de la Cathédrale de Mexico, orgues de Barbarie, cireurs de chaussures, foule massive pour la fête des morts, musiques aux terrasses des cafés... Il y a encore les rencontres aves les joueurs de marimba, de guitare, avec les jeunes de l’Orchestre de San Rafael), et avec la danse.

A chaque fois, de beaux échanges, enrichissants, émouvants et chaleureux, un accueil attentionné, des sourires qui font du bien et un compagnon de voyage efficace, curieux de tout.

Et puis la forte sensation d’un temps ouvert, léger et disponible.

Une envie ? Retourner là-bas bien sûr, approfondir, re-connaître.

Il faut conclure, je mets ici mon lexique en somMeil, avec un

grand M, (la majuscule s’impose).

 

William Grosjean

Distribution

Avec l'Orchestre d'harmonie d'Héricourt direction Dominique Defaux  / Avec l'Orchestre d'harmonie de Port-sur-Saône direction Frédéric Simonin  / Avec l'Orchestre municipal d'harmonie de Vesoul sous la direction de Mathieu Anguenot