Théâtre lyrique et musical

Brundibar

Opéra en deux actes de H. Krasa, Livret de A. Hoffmeister
,
1997 - 1998
Présentation

Terezin était une petite ville tranquille à quelques dizaines de kilomètres de Prague. Les nazis y installèrent un camp de regroupement et de transit por la population juive locale. Il en firent une vitrine, mais Terezin n'était que l'antichambre d'Auschwitz. Phénomène unique, Terezin connut une vie musicale intense et son œuvre symbole fut un opéra pour enfants interprétés par des enfants : Brundibar. La première version de ce petit opéra vit le jour en 1938, la première représentation eut lieu en 1942 à l'orphelinat juif de Prague. A ce moment-là, les organisateurs du projet avaient déjà été déportés à Terezin et les enfants les suivirent bientôt. Alors commença la série de représentations dans le camp où il devint très demandé, une métaphore d'un avenir possible. Il n'y eut pas de 56ème représentation. 15 000 enfants passèrent par Terezin, 14 000 d'entre eux n'en revinrent pas.

 

« On est frappé, quand on découvre l'ouvrage, de l'extraordinaire vitalité qui s'en dégage et l'on pense au mot de Michel Schneide “la musique au lieu de la mort”... seule issue possible pour imaginer survivre à l'horreur. J'ai cherché pour ma part à rendre hommage à cette force d'espoir en conduisant l'œuvre dans un registre à  fois poétique, loin de tout réalisme, et tourné vers le futur... une autre manière de dire que cela ne doit plus jamais arriver...

Raconter une fable basée sur une dynamique d'opposition en écho à la dialectique historique de l'ouvrage (silence-musique, adulte-enfant, noir et blanc-couleur, immobilisme-mouvement...) avec pour seule trace de la culture tchèque, trois marionnettes qui déclencheraient l'histoire... Imaginer un décor : une ville dans l'espace, intérieur d'accordéon... sorte de manège... jeu de construction d'enfants... illusion de fenêtres multiples... labyrinthe dans l'espace... comme si les enfants essayaient de comprendre le monde...

Comme pour dire que l'on ne pourra jamais oublier et qu'heureusement l'on peut encore rêver, espérer encore...»

Charlotte Nessi - Metteur en scène

Distribution

Direction musicale et préparation des enfants solistes : Scott Alan Prouty •  Mise en scène : Charlotte Nessi •  Décors et lumières : Gérard Champlon •  Costumes : François Tomsu •  Maquillage : Géraldine Belbéock •  Marionnettes : Ezechiel Garcia Romeu •  Bande son : Philippe Mion •  Chef de chant et conseiller linguistique : Irène Kudela - Avec / Solistes : Brundibar : Philippe Servain •  Enfants (en alternance) De la Maîtrise de Paris – direction Patrick Marco : Milia Ben Salah, François Delon, Marion Gomar, Gabriel Ortega, Celyne Tolosa - Chœurs / Du chœur d'enfants Sotto Voce – direction Scott Alan Prouty : Walid Bibani, Alexandra Gueneuc, Elodie Gueneuc, Guillaume Houles, Antoine Matrot • Des Petits chanteurs de Saint-Louis – direction Ariel Alonso : Stanislas Anton, Yann Maliszewski, Carole Milliez • De l'Ensemble Opus 14 – direction Anne-Valérie Niès : Jessica Da Silva, Louis José Henri Jornet, Tina Lamy •  Ensemble Instrumental des étudiants du Conservatoire supérieur de Paris - CNR